mercredi 1 juin 2011

Consternation

À PMV, nous sommes consternés, il n'y a pas d'autre mot.

Hier soir se tenait une séance de consultation à l'église St Stanislas, où le maire du Plateau se proposait d'écouter les citoyens mais aussi de présenter les changements récents de la rue Chambord dans le cadre plus large des mesures d'apaisement de la circulation sur le Plateau. PMV y était, et ce matin encore nous en restons abasourdis.

Rappelons à toutes fins utiles que durant la campagne électorale, tous les partis en lice martelaient la nécessité d'apaiser la circulation auto à laquelle nous faisons face dans notre arrondissement central. Les électeurs qui se sont déplacés ont donc, dans leur intégralité, et ce qu'ils aient voté pour le parti au pouvoir présentement ou non, voté pour des mesures d'apaisement de la circulation.

Il se trouve que l'administration dont nous avons hérité, une fois n'est pas coutume pour des politiciens, fait ce qu'elle dit en plus de dire ce qu'elle fait. Encore faudrait-il que nous voulions bien écouter - et entendre. Ce qui n'était visiblement pas le cas.

Hier soir, l'église s'est transformée en criée poissonnière de la plus belle espèce. Au mépris d'un quelconque respect mutuel entre êtres humains, l'assemblée s'est transformée en trâlée d'enfants hurleurs, vexés qu'on leur ait retiré leurs jouets. Vexés, surtout, que les changements pour lesquels ils ont voté, collectivement, se passent entre autres devant chez eux.

Quand allons-nous comprendre que pour opérer des changements globaux, il faut que chacun soit partie prenante ? Le Plateau est un arrondissement protéiforme, avec des coins privilégiés et d'autres exposés à la quasi totalité des inconvénients dûs à sa situation géographique. L'administration en place propose des actions concrètes de rééquilibrage - les défenseurs des "enfants de l'école Bruchési" sont-ils conscients qu'il existe d'autres écoles dans le Plateau ? Que font-ils de ceux de St Pierre Claver, école coincée sur 2 artères, devant laquelle une brigadière a été fauchée ?

Le syndrome du "pas dans ma cour" prend des proportions inimaginables. À PMV, nous laissons leur chance aux coureurs et soutenons pour le moment tout effort de changement proposé, puisqu'il s'inscrit dans un plan plus large et portera, nous en sommes convaincus, des fruits à moyen et long terme.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Rue Chambord.
Il est facile, sous le couvert de l’anonymat (ce petit jeu se joue à deux) de condamner avec condescendance les préoccupations légitimes des citoyens. C’est étrange...vous êtes toujours en accord avec les décisions du maire. Et vous vous qualifiez d’apolitique ????

Plateau Milieu de Vie a dit…

"anonymat" dont vous faites vous-même fort opportunément usage.

Mais vous voulez des preuves de notre sens critique ? Vous allez en avoir.

Le plan global d'apaisement de la circulation est trop timide. Entre autres ne s'attaque-t-il pas à tout ce qui touche les artères, sous l'omniprésent et frustrant prétexte que celles-ci relèvent de la ville centre.

Les changements récents sur le secteur Laurier n'ont aucun sens en tant que tels. Il faudrait commencer par tarir la circulation qui mène vers ce secteur : par des feux minutés au nord, des réductions de voies au sud. Ce ne sont que des exemples.

Aussi, pourquoi la piste cyclable est-elle sur Laurier ? Pourquoi pas plutôt sur St Joseph ? À cause du couloir de bus de la STM ? Pourquoi donc l'arrondissement ne s'est-il donc pas investi pour faire valoir que les couloirs réservés élargis ça se partage très bien dans d'autres villes à la circulation tout aussi chaotique - ne prenons que Paris comme exemple.


Mais à trop vouloir ménager la chèvre et le chou, on ne prend jamais de décision. Faire quelque chose, c'est prendre le risque de faire des mécontents ? C'est aussi se donner la chance de les améliorer.

"Anonymement",
PMV

Geneviève a dit…

à l'anonyme là-haut, les "préoccupations légitimes" sont-elles plus légitimes quand elles sont à court-terme ou quand elles visent le long-terme ?

qui décide de la légitimité supérieure des intérêts des uns par rapport aux autres : celui qui gueule le plus fort ??

Moi je suis pas d'accord avec la décision de laisser chambord vers le sud, c'est idiot. De la même façon, il y a des trucs simples comme la (dé)syncrhonisation de certains feux qui permettraient à leurs décisions récentes d'avoir plus d'allure dans l'immédiat. Cela dit, la petite Chambord... est-ce comparable, en toute honnêteté, avec le débit de St Hubert au coin de Laurier ?? Faut quand même rien exagérer.

Et puis ce qui m'énerve assez merci, c'est que les commerçants qui avant noel défendaient soit-disant les résidents et les visiteurs du plateau contre le plan de stationnement, tout à coup se mettent à défendre les enfants de l'École contre trop d'autos - de résidents et de visiteurs, notez bien. Faudrait savoir hein.

C'est surtout leurs propres intérêts qu'ils défendent en voulant faire pleurer Madeleine. Que M. Depatie se parte un parti et qu'il mette clairement au jour ses conflits d'intérêt, et on pourra commencer à y voir plus clair.

Marc Snyder a dit…

Primo, je ne suis pas anonyme. Secundo, j’ai un biais: j’étais le conseiller politique de l’ancienne mairesse pendant presque tout le dernier mandat (celui au cours duquel nous avons mis en place plusieurs mesures d’apaisement de la circulation qui ont fonctionné dans le secteur concerné). Tercio: j’ai été l’un des principaux rédacteurs du Plan de déplacement urbain que notre administration a adopté en 2009. Quarto: je ne fais plus de politique partisane et j’ai voulu donner sa «chance au coureur» à la nouvelle administration.

Cela étant dit…

Les conséquences néfastes (pour certains) des décisions prises par l’administration étaient (à peu de choses près) prévisibles. Je connais la prudence des professionnels du Service des travaux publics (du directeur, au chef de division des études techniques aux ingénieurs en circulation). En fait, certains appelleraient ça de la timidité.

Je suis absolument convaincu à 100% que ces professionnels ont avisé les élus des conséquences potentielles de leurs gestes. Communiquez avec le 3-1-1 et demandez le «sommaire décisionnel» qui a recommandé la décision du conseil d’arrondissement. Vous y trouverez sans aucun doute de nombreux commentaires sur ces questions.

Deuxièmement, est-ce qu’il est possible que, en plus d’avoir pris une mauvaise décision, les élus l’aient mal communiquée? Je pose la question comme ça.

Je conclue, sur la question Laurier/Christophe-Colomb/Chambord, en vous citant PMV: «À PMV, nous (…) soutenons (…) tout effort de changement proposé». Vraiment? Et, pour pousser l’absurde, s’ils proposent de fermer Christophe-Colomb sous le viaduc? Donner sa chance au coureur ne signifie pas signer un chèque en blanc.

Je suis de ceux qui pensent qu’il y a trop d’autos qui vont trop vite dans nos rues locales. Je suis de ceux qui pensent que concentrer la circulation de transit sur les voies de transit est la voie à suivre (d’ailleurs, je me souviens que MM. Bergeron et Ferrandez critiquaient cette façon de faire en 2008-2009 nous accusant de «sacrifier» les 40% des résidants qui habitent sur les rues artérielles).

Mais il y a la manière. Et dans ce cas-ci, ça me semble évident, tant la décision que la façon de la communiquer ont été mauvaises. D’ailleurs, M. Ferrandez a avoué avoir créé des problèmes avec cette décision.

Ma crainte pour l’avenir est la suivante: on nous promet des changements qui vont régler les nouveaux problèmes *sans en créer de nouveaux*. Avec le bilan de cette dernière opération, disons que ma confiance n’est pas au plus haut.

Espérons que cet épisode fera en sorte d’amener nos élus à plus de prudence et plus d’écoute.

MS

Hannah a dit…

J'aimerais juste apporter une précision au sujet des "mesures d'apaisement" apportées par l'ancienne administration. Étant résidente de C-Colomb, je peux vous assurer qu'il n'y a eu aucun apaisement sur cette rue durant les dernières années, mais plutôt un empirement continu, avec un traffic de transit dense casiment continu durant la journée, ainsi que la fin de semaine. Seul moment de paix relatif lorsque des travaux des conduits d'eau ont été faits pendant 2 mois en 2009. Depuis le 14 mai, le traffic de transit est encore présent mais beaucoup plus tolérable.

Linda Vallée a dit…

M. Snyder, vous ne faites peut-être plus de politique partisane, mais il y a un certain nombre de choses que vous passez opportunément sous silence.

Ce que vous ne dites pas c'est que votre Plan de Déplacement urbain - accouché dans la douleur juste avant les élections, plus de 2 ans après avoir été promis, et uniquement parce que des citoyens avaient fait pression - ne prévoyait apaiser que les rues *déjà* apaisées, i.e. les locales - pas Christophe-Colomb ou De La Roche, qui sont des collectrices.

Ce que vous ne dites pas c'est que ce même PDU prévoyait *augmenter* encore la capacité du réseau artériel pour supporter la charge supplémentaire de circulation. Ne vous étonnez donc pas de vous être fait reprocher d'oublier leurs résidents... (Action 41 : Optimiser la synchronisation des feux de circulation sur le réseau artériel) C'était dans l'air du temps, l'autoroute Notre-Dame était en cours de "modernisation" par l'administration de la Ville centre, vous ne faisiez que suivre et appliquer les mêmes principes. Or, si l'apaisement d'une rue locale passe par sa fermeture (pour schématiser), celui des artères passe par leur congestion, élément incontournable de tout plan d'apaisement de circulation. Les résidents des artères vous le confirmeront : lorsque les voitures sont pare-choc contre pare-choc, on n'entend peut-être pas encore les oiseaux chanter, mais au moins peut-on *parler* avec ses voisins sans devoir hurler.

Enfin, ce que vous ne dites pas c'est que pendant la présentation de ce fameux plan par Mme Fotopulos, les citoyens avaient parfaitement compris de quoi il retournait : il a donc été impossible pour elle de présenter dans le calme. (rappel : http://www.leplateau.com/Affaires/2009-03-04/article-994786/Les-arteres-risquent-decoper/1)
En réponse le PDU citoyen avait présenté des demandes qui correspondent, vous le constatez, à ce que fait l'administration actuelle. Il n'est nulle part question d'agrandir le réseau artériel, c'est bien la diminution *globale* de la circulation qui est visée.
(Action 1.1 - Canaliser le transit régional uniquement sur les « artères » continues de l’arrondissement tout en favorisant et renforçant significativement l’offre de transport collectif sur ces mêmes « artères » continues en reprenant de l’espace alloué aux automobiles
ref: http://sites.google.com/site/pducitoyen/Actions_PDUcitoyenFinalA1.pdf)

M. Snyder, c'est à cause de cette volonté de ménager les automobilistes, répondant en cela à la volonté affichée de l'administration centrale et non de vos résidents, que votre ancienne administration a été éjectée, ne l'oublions pas. L'administration présente le sera peut-être aussi, mais au moins n'a-t-elle jamais caché ses intentions derrière de beaux plans de communication - c'est même plutôt le contraire. Laisser leur chance aux coureurs, ne veut pas dire signer un chèque en blanc, mais reconnaître qu'ils font ce pour quoi nous nous battons à PMV. La sécurisation des abords des écoles, ce n'est pas en mettant 1 ou 2 dos d'ânes que ça va se régler.

Il y a de la circonspection de la part des experts en simulations qui produisent le "how to" des plans des élus : c'est sans doute d'ailleurs sur leur conseil que la rue Chambord n'a pas été changée de sens. Vous êtes bien placé pour savoir que toute proposition des élus doit passer par le tamis des fonctionnaires. Remettons juste les choses en perspective : nous sommes le 2 juin, soit 2 semaines après la mise en place des modifications de circulation. Ne nous faites pas croire qu'en 2 semaines les choses peuvent se tasser - on s'en reparlera dans 6 mois.

Pour conclure sur un rappel à l'attention de nos lecteurs, le Plan de Déplacement urbain présenté par l'ancienne administration ne comportait aucune source de financement, et présentait un échéancier à... 2023.

Marc Snyder a dit…

@Hannah: La bande peinturée sur le coté Est de Christophe-Colomb et les bacs à fleurs qui sont posés sur ce même côté, ce ne sont pas de mesures d'apaisement de la circulation?

@Mme Vallée: Il y a plein d'autres choses que j'ai passé sous silence: j'ai écrit 9 paragraphes, pas mon autobiographie ;-)

Cela étant dit, cette administration a adopté un Plan de déplacement urbain au cours du mandat 2005-2009 parce qu'elle s'y était engagé au cours de la campagne électorale de 2005. Ce plan découle de gestes qui avaient été posés dès la fin des années 90 dans le Mile-End, le district que représentait alors Mme Fotopulos comme conseillère municipale avant qu'elle ne devienne la mairesse d'arrondissement.

Le PDU que nous avons adopté avait pour première orientation réduire le nombre de déplacements d'autos et de camions. De toute évidence, l'ancienne administration et l'actuelle partagent cette orientation.

Pendant les quinze années que Mme Fotopulos a été élue dans le Plateau, il y a littéralement des centaines de gestes qui ont été posés en matière de circulation et aucun n'a soulevé le tollé auquel j'ai assisté mardi. Aucun.

Mais, comme je le disais dans mon commentaire précédent, il y a la manière.

Quant à la question du volume de circulation sur les artères, je maintiens ce que je pensais à l'époque: c'est un passage obligé. Je m'explique...

Je pense, personnellement, qu'il faut agir sur trois fronts pour réduire la circulation de transit dans les rues locales:

- augmenter l'offre de transports collectifs et actifs;
- augmenter l'attrait des voies de transit et
- réduire l'attrait des voies locales.

Agir sur un ou deux de ces points ne suffira pas: il faut agir sur les trois en même temps.

Enfin, je vais me retenir et passer sous silence vos allusions aux volontés de la ville-centre et leur impact sur nos orientations et nos décisions. Si vous saviez...

MS